Dettes et le mauvais crédit

Comprenez le crédit et combattez vos dettes

A

Comprendre le crédit

S'il vous est déjà arrivé de contracter un prêt, d'utiliser une carte de crédit ou de profiter d'une offre « achetez maintenant, payez plus tard », vous avez des antécédents en matière de crédit, qu'il soit bon ou mauvais !

Chaque fois qu'une institution financière, par exemple une banque, une société émettrice de cartes de crédit, ou encore un autre type d'entreprise, vous accorde du crédit, elle peut transmettre de l'information aux agences d'évaluation du crédit à savoir si vous effectuez vos paiements à temps.

En savoir plus

B

Signes avant-coureurs

Il existe plusieurs signes avant-coureurs d'une situation financière précaire. Si vous répondez oui à une ou à plusieurs des questions suivantes, nous vous conseillons sérieusement de consulter car votre niveau d'endettement est problématique et pourrait vous pousser vers la faillite.

  • Prenez-vous trop de temps pour payer vos factures ?
  • Vous n'effectuez que le paiement minimum sur vos cartes de crédits ?

Voir les autres questions.

En savoir plus

C

Sortir de votre endettement

Vous n'êtes pas seul(e) à éprouver des difficultés financières. Annuellement, plus de 125 000 Canadiens sont aux prises avec des problèmes d'endettement. Peu importe votre situation financière, il existe toujours une solution pour vous permettre de retrouver votre tranquillité d'esprit. Dans plusieurs cas, vous pouvez même conserver des biens qui ne relèvent pas nécessairement de l'essentiel.

Voici quatre solutions pour résoudre vos problèmes d'endettement, dont comment consolider de vos dettes. Fini le mauvais crédit !

En savoir plus

D

Obtenir un prêt

Obtenir un financement majeur, que ce soit pour l'immobilier (prêt hypothécaire), pour une voiture (crédit automobile) ou toute autre besoin de financement personnel n'est pas toujours facile. Surtout si vous éprouvez une situation financière difficile, telles que des dettes ou un fort ratio d'endettement.

Il faut absolument faire très attention au type de financement qui vous sera offert. Assurez-vous que vous faites affaire avec une entreprise professionnelle.

En savoir plus

L'endettement personnel des québécois - où vous situez-vous ?

  • 84 % des Québécois ont déclaré avoir des dettes ou un mauvais crédit.
  • 14 % de l'ensemble des Québécois ont indiqué que leur dette avait nettement augmenté.
  • 25 % des Québécois ne croient pas qu’une modification des taux d’intérêt, du prix des logements ou de leur salaire ou encore une réduction de leur accès au crédit nuirait à leur bien-être financier.
  • 40 % des Québécois endettés croient que leur dette nuit à leur capacité d’atteindre les objectifs liés à leur sécurité financière en cas de circonstances imprévues.
  • 28 % des répondants endettés estiment que la dette de leur ménage influe de façon défavorable sur leur capacité de réaliser leurs objectifs de retraite personnels.
  • 25 % des Québécois ne pratiquent aucune forme d'épargne, pas même en prévision de la retraite.

Les dettes et le mauvais crédit, la réalité

L'endettement des ménages, qui s'est établi à un milliard de dollars en 2006, atteint un niveau sans précédent. Le taux d'épargne personnelle des Québécois baisse depuis le début des années quatre-vingt, ayant reculé d’un sommet de 20,2 % atteint en 1982 jusqu’à un creux de 1,2 % atteint en 2005. La consommation, et non l'accumulation d'actifs, est la principale cause de la croissance de l'endettement. Entre 1999 et 2005, comparativement à toutes les autres tranches de revenu, la tranche de 20 % correspondant aux ménages les moins riches a connu le deuxième taux de croissance de la dette le plus rapide.

Les Québécois ont succombé à l'attrait du crédit, séduits par les faibles taux d'emprunt qui le rendent facilement accessible. Le crédit des ménages a augmenté de plus d'un tiers depuis le début de la crise financière américaine (2009), atteignant une croissance annuelle moyenne substantielle de 8,1 %. À l'opposé, le revenu personnel disponible a affiché une hausse de seulement 4,0 % par année. Le crédit ne peut pas indéfiniment progresser deux fois plus rapidement que le revenu.

La frénésie pour les emprunts a servi à noyer les Québécois dans un océan de dettes encore plus grand. Le ratio d'endettement des ménages au Canada a maintenant atteint le niveau record de 147 % et continue à augmenter, ce qui place le pays légèrement en avance sur les États-Unis !

Trente pour cent des ménages canadiens n'ont pas de dette. Une autre tranche de 35 % a une dette minimale de 50 000 $ ou moins. C'est encourageant. Seul le dernier tiers assume une lourde dette. Dans ce dernier tiers, beaucoup de ménages ont des dettes d'environ trois, quatre, voire cinq fois leur revenu annuel. Ces ménages ne sont pas nécessairement si dépensiers qu'il n'y paraît à première vue : un ménage qui dispose d'un revenu moyen et qui achète une maison à un prix moyen se retrouve instantanément avec un ratio d'endettement avoisinant 350 %, en plus de tout solde impayé de ses prêts d'études, de ses prêts-auto et de ses cartes de crédit. De nos jours, il n'est pas difficile pour un ménage d'avoir un ratio d'endettement de 400 %. En tête de peloton, au moins 82 % des ménages canadiens âgés de 35 à 44 ans sont endettés, et leur dette s'élèverait en moyenne à 135 000 $ par ménage.

Les ménages les plus pauvres sont sans doute encore ceux qui s'inquiètent le plus, puisqu'ils consacrent habituellement une plus grande partie de leur salaire aux coûts relatifs à l'habitation et, par conséquent, ont moins de marge de manoeuvre lorsque les coûts d'emprunt augmentent. De plus, leur niveau d'endettement est celui qui a connu la croissance la plus rapide, en hausse de 47 % au cours des cinq dernières années (2007-2012).

Même si vous avez des dettes ou mauvais crédit, nous vous aidons à obtenir :